Un plancher flottant peut-il être traité ?

Non. La résistance à la flexion d’un plancher flottant n’est pas suffisante pour rehausser le plancher de manière égale et uniforme. La force d’expansion de nos résines synthétiques occasionnerait localement la formation de bosses ou, pire encore, le plancher pourrait même se rompre.

Les travaux n’entraînent-ils pas une surcharge ?

Avec les méthodes URETEK, il n’est pas nécessaire de procéder à des travaux de découpe ou de démolition. Pour corriger des sols affaissés et le redressement de fondations, nous ne perçons qu’un petit nombre de trous de maximum 12 mm de diamètre dans le plancher. Dans certains cas, nous travaillons même uniquement de l’extérieur. Ensuite, nous injectons la puissante résine d’expansion dans le sol situé en dessous. Généralement, ces travaux peuvent avoir lieu en une journée et les habitations et locaux d’exploitation peuvent continuer à être utilisés normalement. En outre, le sol peut être soumis à une pleine charge quasiment directement après les travaux. L’équipe URETEK bénéficie d’une large

expérience de ces travaux et tous les collaborateurs ont été formés pour travailler soigneusement et laisser des locaux propres une fois les travaux terminés.

Le matériau n’est-il pas une espèce de mousse PUR ?

Il reste facile à travailler pendant quelques minutes, n’est-ce pas ? La résine d’expansion URETEK fait en effet partie de la famille des polyuréthanes. Mais elle n’est en rien comparable aux mousses PUR que l’on trouve sur le marché de la construction. Nos résines ont spécialement été développées et modifiées pour les méthodes URETEK. Chaque résine URETEK se caractérise par sa composition unique.

Quel est le temps de durcissement de la résine d’expansion ?

La résine d’expansion URETEK possède un temps de réaction extrêmement court. Déjà après 15 minutes, notre matériau atteint 90% de sa résistance finale. Par conséquent, les sols traités peuvent quasiment directement être soumis à une charge.

Les planchers en bois peuvent-ils être traités ?

Non. La réponse est la même que dans le cas de planchers flottants. La résistance à la flexion d’un plancher en bois n’est pas suffisante pour rehausser le plancher de manière égale et uniforme. La force d’expansion de nos résines synthétiques occasionnerait localement la formation de bosses ou, pire encore, le plancher pourrait même se rompre.

Des sols soutenus par des pieux ou d’autres constructions peuvent-ils être traités?

Un sol qui est situé de manière ‘indépendante’ sur des pieux peut être rehaussé. De manière ‘indépendante’ veut dire dans ce cas que le plancher ou la poutre de fondation n’est pas reliée de manière constructive au pieu à l’aide d’acier d’armature. Si tel est malgré tout le cas, notre méthode ne convient pas.

Notre maison est située sur des pieux en bois qui pourrissent. URETEK peut-elle apporter la solution ?

Non, malheureusement pas. La Stichting Platform Fundering Nederland (fondation plate-forme néerlandaise pour les questions de fondations) a peut-être une réponse à vos questions.

Nous avons un sol carrelé très coûteux qui est gravement affaissé…

Lorsque le sol carrelé est posé sur un plancher en béton d’une épaisseur minimale de 8 – 10 cm, il y a de fortes chances que notre méthode URETEK FloorLift® apporte la solution. Nos conseillers techniques pourront juger sur place si nous sommes en mesure de vous aider.

Nos sols sont utilisés en permanence. Les rayonnages bondés exercent une charge ponctuelle importante. Est-ce un problème?

La force d’expansion de notre résine est très grande et peut, en fonction de la résistance lors de l’expansion, atteindre 10.000 kPa (100 bars). Les charges ponctuelles de rayonnages lourdement chargés ne posent dès lors aucun problème pour les méthodes URETEK.

Quelle épaisseur doit présenter le sol en béton pour garantir un ‘rehaussement’ uniforme?

L’épaisseur du sol en béton est plus importante que la présence ou l’absence d’une armature. Nous avons entre autres rehaussé des sols qui ne faisaient que 8 cm d’épaisseur et pour lesquels un treillis métallique avait été utilisé en guise d’armature de retrait.

Notre sol se compose en partie de tourbe. Est-ce un problème?

En principe, il existe des possibilités dans ce cas-ci également. Il est important de connaître l’épaisseur de la couche de tourbe sous-jacente. Une étude du sol permet de la déterminer. Nous serons ravis de vous accompagner dans cette démarche.

Jusqu’à quelle profondeur les fondations et le sous-sol peuvent-ils être traités?

Dans l’état actuel de notre technique, nous allons jusqu’à environ 6 mètres de profondeur.

Quelles sont les conséquences pour l’environnement?

Nous avons fait étudier nos résines en détail par le célèbre Hygiene Institut de la ville allemande de Gelsenkirchen. L’étude portait sur la sensibilité de plantes, de vers de terre et de bactéries en contact avec notre mousse. Les conséquences pour l’environnement sont minimes. Voir également sécurité environnementale.

Le sol de mon magasin est affaissé. Nous ouvrons sept jours par semaine. Est-il également possible de travailler en dehors des heures d’ouverture?

Si les circonstances le requièrent, nous pouvons adapter nos horaires de travail. Ainsi pouvons-nous par exemple exécuter les travaux de nuit ou durant le week-end. Un des principaux avantages de la méthode URETEK est que le magasin ne doit pas être évacué et que le sol peut immédiatement être soumis à une charge après les travaux. Cela s’applique également pour les sols d’entrepôts et autres locaux d’exploitation.